Les Jeudis de l’Angoisse (des Comics) #57

10756581_817892861567148_1773211293_o1

Piège Nuptial

Les Jeudis continuent leur pause estivale avec ce mois-ci une petite review non pas d’un comics américain, mais d’une bande dessinée bien de chez nous ! Direction le bush australien à la rencontre de la petite communauté de Wollanup et ses meurs disons… particulières.

Nick est un jeune journaliste américain originaire du Maine qui décide d’un creux entre deux reportages pour s’offrir sur un coup de tête un petit tour en solitaire de l’Australie. Après s’être acheté un vieux van, il commence son périple qui va vite tourner court : Alors qu’il conduit de nuit, il heurte un kangourou et est forcé de s’arrêter chez un garagiste. Alors qu’il attend que son véhicule soit réparé, il fait la connaissance d’Angie, une jeune et ravissante autochtone avec qui il commence une liaison. Mais après une nuit de beuverie un peu agitée, Nick se réveille en sous vêtements, dans une grange et apprend qu’il est désormais marié à Angie ! Nick vient de rejoindre malgré lui la petite communauté de Wollanup et ses traditions et règles peu communes.

6

Commence alors pour Nick un véritable voyage en Enfer, aux mains des campagnards les plus violents et surtout les plus possessifs avec les « nouveaux membres » de leur famille qui soit.

Maze, psychopathic daze, I create this waste
Back away from tangents, on the verge of drastic ways
Can’t escape this place, I deny your face
Sweat gets in my eyes, I think I’m slowly dying

Slipknot – Purity, extrait de l’album Slipknot 10th Anniversary Edition, 2009 (1)

Piège Nuptial est l’adaptation du roman du même nom signé Douglas Kennedy, publié en 1994 chez Gallimard sous le titre Cul de Sac, puis chez Belfond en 2008 avec une nouvelle traduction sous le titre Piège Nuptial, dont il s’agit ici de l’adaptation en bande dessinée.

2
Douglas Kennedy (je trouve qu’il ressemble à Stephen King…)

Douglas Kennedy est un auteur américain à succès, ont lui doit notamment les best-sellers L’homme qui voulait vivre sa vie, La poursuite du Bonheur, Les charmes discrets de la vie conjugale, Quitter le monde ou Cet instant là.

Avec plus de cinq millions d’exemplaires de ses œuvres vendues de par le monde, il est l’un des auteurs américains les plus lus au monde actuellement.

L’adaptation en bande dessinée est quant à elle signée Christian de Metter.

3
Christian De Metter

Christian De Metter commence en dessinant dans la presse rock et publie sa première BD, Emma en 2000. Il va par la suite élaborer et travailler son style dans ses albums suivants, Dusk, Le Curé et Swinging London. Il obtient la consécration en 2004 lorsqu’il reçoit le prix public du meilleur album au Festival d’Angoulême pour Le Sang des Valentines.

Son style réaliste est parfaitement adapté aux histoires de style romans noirs, il adaptera d’ailleurs plusieurs romans très populaires de ce style comme Scarface de d’Armitage Trail ou encore Shutter Island de Dennis Lehare pour lequel il a reçu le prix des libraires BD en 2009.

En 2012 il continue sur sa lancée des adaptations de roman avec Piège Nuptial de Douglas Kennedy, dont il est question ce mois-ci.

Piège Nuptial est une histoire typique de survival : On y fait la connaissance de Nick, jeune journaliste américain perdu au milieu du bush australien, prisonnier d’une communauté familiale à l’écart du monde, repliée sur elle-même et aux mœurs violentes.

Placer l’action en Australie est en soit une bonne idée, la plupart des histoires ou films de ce type se passant habituellement aux États-Unis (Massacre à la Tronçonneuse, La Colline à des Yeux) ou plus récemment en Europe (Eden Lake) ou dans les pays de l’Est (Hostel). Néanmoins, d’autres films d’horreur dans lesquels de pauvres touristes sont aux prises avec des rednecks australiens ont déjà marqués les esprits, ont penses notamment au Razorback et son sanglier géant, réalisé par Russel Mulcahy en 1985 (futur réalisateur de Highlander avec Christophe Lambert) ou encore l’éprouvant Wolf Creek de Greg Mc Lean sorti en 2005, avec lequel Piège Nuptial a de nombreux points communs, notamment visuels.

4

Piège Nuptial ne fait pas exception aux règles et passages obligés de ce genre de récit, ainsi l’histoire se déroule de façon assez classique et pour qui est habitué à ce genre d’histoire, il n’y a pas vraiment de surprises. Idem pour les personnages, sommes toute assez classiques dans leur caractérisation : On y retrouve donc les personnages inhérents et incontournables comme le patriarche tout puissant et sadique, la jolie fille vénale, les fils attardés etc.

Cet aspect sans réelle surprise est assez gênant pour un habitué mais ne le sera probablement pas pour un néophyte.

5

L’autre point que j’ai pu constater est l’aspect assez abrégé de l’histoire : Contrairement à un film, on aurait pu supposer que le fait de proposer une histoire de ce type en bande dessinée, surtout quand elle est adaptée d’un roman, aurait permis à l’histoire de s’étirer un peu et aux personnages de s’étoffer, hors il n’en est rien et certains passages paraissent vraiment trop courts, là où on aurait pu s’attendre à quelque chose de plus conséquent qui aurait pu installer une tension.

Visuellement, Christian de Metter fourni un travail particulièrement réussi : Le bush australien, désertique et étouffant est fidèlement représenté dans un style réaliste, les visages et expressions des personnages, aux physiques et faciès variés sont très réussis et le tout est admirablement colorisé à l’aquarelle, certaines planches, notamment les scènes où Nick est drogué sont particulièrement réussies.

Visuellement, c’est donc très franchement une bonne surprise, ne connaissant pas le style de Christian De Metter, j’avoue avoir été agréablement surpris.

7

Piège Nuptial est donc une lecture assez agréable, malgré son aspect et son déroulement classique, plaisante pour ceux qui apprécient ce genre de récit, une bonne lecture estivale, particulièrement de circonstance avec cette chaleur.

Personnellement, ça m’a donné envie de lire le roman original et de m’intéresser à la bibliographie de Christian De Metter, notamment ses autres adaptations de romans.

1:

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :