My Batgirl is French : Interview de Bengal


Bengal fait parti de cette vague d’auteurs français que les éditeurs américains convoitent actuellement, et DC Comics ne s’est pas trompé en lui laissant la lourde tache d’illustrer Batgirl Endgame, un numéro uniquement construit sur l’image et sans aucun dialogue, un exercice des plus difficiles où le dessinateur a parfaitement réussi à rendre dynamique le récit de Cameron Stewart et Brenden Fletcher.

Entre deux projets des plus alléchants, Bengal a eu la grande gentillesse de m’accorder une interview où il revient sur son entrée en scène dans la BD américaine, son attachement pour Batgirl et Spider Gwen, et son sentiment sur les coups d’éclat qui secouent régulièrement les réseaux sociaux concernant la représentation des héroïnes de comics.

be-1

Salut Bengal, je suis vraiment ravie que tu aies accepté cette petite interview pour le TLGB d’autant plus que je me doute que ton emploi du temps est très chargé actuellement.
Est-ce que tu pourrais te présenter à nos lecteurs, nous raconter tes débuts et décrire ton parcours ?

Hello ! Je suis donc auteur de BD depuis plus ou moins 1998, et de comics désormais depuis l’année dernière ; j’ai également été designer pour le jeu vidéo il y a longtemps, et illustrateur de temps à autre.

J’ai évidemment commencé à dessiner quand j’étais pas bien grand, puis j’ai continué pendant toute mon adolescence, jusqu’à rencontrer, à 19 ans, JD Morvan et tout l’atelier 510 TTC lors d’une dédicace ; à partir de là je suis resté en contact avec eux et j’ai monté mon premier projet BD avec JD, chez Glénat, en 1998, projet qui malheureusement prendra 6 ans à se faire difficilement. Dans le même temps je me suis retrouvé à travailler donc comme designer dans un studio français, Darkworks, jusqu’en 2004, avant de reprendre la BD avec Meka chez Delcourt, puis Naja chez Dargaud, etc.

Comment t’es tu retrouvé à travailler dans le milieu des comics, il me semble qu’à la base tu es plutôt un grand amateur de manga et de bande dessinée européenne, n’est-ce pas ?

J’ai eu une éducation de lecture à la BD européenne, par la grande collection de mon père, puis je me suis mis au manga à l’adolescence, et c’est encore ce que je lis le plus de très loin, en effet ; mais j’avais aussi plein de Strange et autres périodiques du genre quand j’étais petit, et j’ai donc une vision bien spécifique des superhéros, je ne sais pas trop ce qui s’est passé pour eux depuis 30 ans, et je pense que du coup ça me permet d’aborder leurs aventures d’une manière un peu spéciale, avec d’un côté des habitudes de narration plutôt manga/BD, et de l’autre une vision un peu arriérée et naïve des personnages, et il se trouve que le résultat semble convenir chez les éditeurs US, donc on va continuer comme ça !

10403169_332408470242625_628287754325524834_nEst-ce que tu peux nous raconter comment l’aventure Batgirl a démarré ? Étais-tu familier avec le personnage ? Comment as tu collaboré avec Cameron Stewart et Brenden Fletcher sur Batgirl Endgame ?

Je me suis intéressé de nouveau à Batgirl pour la première fois depuis la fin du dessin animé Batman (celui designé par Bruce Timm) quand je suis tombé sur le relooking fait par Cameron Stewart l’année dernière. J’ai trouvé la logique de design excellente, le résultat bien équilibré, avec des lignes de costume nettes, simples et dynamiques, et un petit air global de Fantômette rafraîchissant ; j’ai ensuite découvert la nouvelle série et le boulot de Babs Tarr, et j’ai bien aimé la direction que prenait cette nouvelle Batgirl.

Dans la même période, je découvrais donc aussi les quelques images qui commençaient à traîner de Spider Gwen, et j’ai absolument adoré le costume : j’ai donc dessiné un fan art, pour le plaisir.

Il s’avère que la Bat Team (Cameron & Brenden) tombèrent sur mon dessin de Gwen et me demandèrent si je serais intéressé de faire un truc dans le même genre pour une variant cover pour Batgirl : évidemment j’ai sauté de joie, surtout qu’on m’a laissé faire ce que je voulais comme composition, et j’ai pu faire la cover du numero #37.

À partir de là, ça s’est enchaîné simplement : la Bat Team, satisfaite de la couverture, m’a proposé de dessiner le Endgame, à partir du script pas entièrement découpé (la deadline approchait à grands pas), avec la charge donc de construire toute la narration (silencieuse) par moi-même, ce qui m’a donné l’opportunité de leur montrer que j’en étais capable et d’y mettre ma manière de faire. J’ai pris un plaisir fantastique à le faire et je suis très heureux de l’accueil que le bouquin a eu, et c’est grâce à ça qu’on a tout de suite parlé de ce que je pourrais faire ensuite!

DSCN0156Tu sembles être très à l’aise pour représenter des héroïnes jeunes et graciles, qu’est-ce qui t’intéresse vraiment dans ce genre de personnage en particulier ?

Dans l’absolu, tous les personnages m’intéressent, mais je ne sais pas tous aussi bien les faire, tout simplement. J’adore par exemple les vieux compères de la BD “Les Vieux Fourneaux”, mais je ne serais pas très doué pour faire de tels personnages ; ou encore, j’adore des personnages comme Hulk, mais beaucoup d’auteurs le feront bien mieux que moi.

Il y a beaucoup de personnages que j’aimerais savoir faire, car j’adore les lire. Il s’avère que je me débrouille sur les personnages féminins, je vise à toujours les faire à la fois attirantes et élégantes, c’est comme ça que je les aime, donc voilà ; après, peu importe leur caractère, ça m’intéresse tout autant de travailler sur Wonder Woman que sur Batgirl, il y a une très grande variété parmi les héroïnes “jeunes et graciles” et c’est leur caractère propre qui les définit le plus, au fond, et ça influence ma manière d’aborder chacune.

Il y a justement une certaine levée de bouclier de la part de certains mouvements -que je ne peux pas qualifier de féministes car pour moi elles ne le sont clairement pas- vis à vis de la représentation des femmes dans la BD américaine, peux-tu nous dire quel est ton sentiment à ce sujet ?

Tout d’abord, je suis effaré par un fait aussi étonnant qu’écrasant de nos jours : c’est à quel point chacun devient nombriliste sur le net. C’est sidérant. Tout le monde pense que son opinion fait oeuvre de loi, et du coup, tout le monde pense que SES problèmes sont les problèmes du reste de l’humanité entière. Je ne comprends pas ce prisme qui déforme la perception qu’on a des autres individus sur le net, comme s’ils n’étaient que des PNJ dans un jeu où on est le seul joueur humain, je ne comprends pas ce comportement qui en découle. Je ne veux pas être méchant, mais je ne considère pas que chaque individu a un truc intéressant à dire ; tout le monde a le droit absolu de s’exprimer, bien entendu, mais il est impossible d’écouter tout le monde, puisque les avis des uns marcheront toujours sur les avis des autres, et beaucoup de monde n’a rien à dire, rien d’important.

Du coup, certains s’inventent des problèmes qui n’en sont pas, au lieu d’aller s’attaquer à de vrais problèmes. Comment peut-on faire un scandale à propos d’une case ou une couverture de comics, au lieu d’aller, pour des raisons semblables et à plus juste titre je trouve, faire un procès aux sites porno, ou à la condition des femmes dans certains pays, j’en passe et des meilleures? Les ‘social warriors’ ont peut-être de bonnes intentions mais mènent des combats bien inutiles je trouve, peut-être parce qu’ils sont plus faciles à mener que les vrais combats. Et le net leur sert de porte-voix, et du coup on les entend très fort alors qu’on a pas forcément envie de les écouter.

Les questions qu’ils soulèvent peuvent tout à fait être valables, parfois, mais ce n’est pas en cherchant le diable là où il n’est pas, et en demandant le bûcher pour des innocents, qu’ils feront avancer l’équité et une meilleure perception des genres, des races et des orientations de chacun ; je crois qu’ils ne font que créer encore plus de séparation entre les gens. Il suffit de voir comment les auteurs de comics ont même commencé à se diviser (Le cas Cho versus Rodriguez, entre autres), alors qu’on n’a jamais eu autant de diversité de produits dans les comics, pour à peu près tous les lectorats imaginables…
C’est bien triste.

Question à 2 € : Batgirl ou Spider Gwen ? Pourquoi ?

Les deux. J’avais dit pour mon poisson d’avril que j’avais obtenu un scenario avec les deux en tandem pour une aventure, ce qui est bien improbable évidemment, mais je te dis pas comment je serais heureux de le faire en vrai !

J’ai un petit amour supplémentaire pour Batgirl quand même, puisque j’ai eu la chance de faire un peu mieux connaissance avec, c’est naturel, on est plus proches.

As-tu le droit de me dire quels sont tes futurs projets sur le marché US ? En dehors de Marvel et DC as tu été sollicité par d’autres éditeurs tels qu’Image Comics ou IDW par exemple ?

Je viens de finir un GotG team-up pour Marvel, c’était très fun et ça m’a changé de mes habitudes! J’attaque les pages pour le Batgirl Annual dont j’ai déjà fait la cover, et j’ai déjà plusieurs options pour la suite. Je n’ai malheureusement pas le droit de trop en dire, certaines idées sont encore en discussion, mais DC et Marvel me proposent des trucs inrefusables et c’est autant un problème qu’une bénédiction, j’aimerais pouvoir tout faire !

Si tout se passe bien, l’Annual ne sera pas la dernière fois que je dessine Batgirl… Mais il ne faut pas le répéter ; et c’est à confirmer avec mes potes de la Bat Team.
Il y aura d’autres trucs plus tard chez un autre éditeur en effet mais je ne peux pas encore dire quoi !

batgirl-annual-3-2015Serais-tu intéressé par l’opportunité de faire du creator-owned directement pour le marché américain ?

C’est déjà prévu et en pré-développement, mais chut !

Nous nous sommes rencontrés à l’occasion du dernier TGS du mois de novembre 2014, et je ne sais pas si tu te souviens, mais la première fois que je t’ai vu, tu accompagnais Claire Wendling jusqu’à votre hôtel où je me trouvais en compagnie des auteurs invités.
Claire est une légende vivante, comment l’as tu rencontré ? Peux tu nous dire ce qu’elle représente pour toi en tant qu’artiste ?

Ah, Claire Wendling. Je vais pas être bien original : j’en suis hardcore fan depuis ses premiers trucs chez Delcourt, et elle a beaucoup influencé mon dessin à un moment ; elle a participé à me faire redescendre de ma passion trop exclusive pour les manga et à jeter à nouveau un œil à ce qui se passait chez nous, il y a une vingtaine d’années. “Les lumières de l’Amalou” et ses carnets de croquis m’ont littéralement giflé.

C’est grâce à internet qu’on a copiné ; c’est assez naturel que les dessinateurs, artistes, etc, se rapprochent les uns des autres, et avec internet c’est devenu simple, et on est tous en contact avec beaucoup d’autres artistes, mais c’est vrai que Claire et moi sommes devenus bons amis, enfin il me semble. On a parlé de beaucoup de choses, on s’est échangé des p’tits trucs pour le dessin (enfin, elle a tout à m’apprendre en dessin, je reste à ma place hein, disons que j’avais modestement 2-3 trucs à partager pour la couleur en échange) ; l’émulation, ça rapproche énormément, et on partage le même avis pour beaucoup de choses.

Bref, on est potes, j’ai beaucoup de chance ; et au dernier TGS, on savait qu’on arrivait par le même train, donc on s’est choppé à la gare !

Tu as annoncé il y a peu de temps via ta page Facebook que certaines de tes planches seraient disponibles à la vente via le prestataire Cadence Comic Art, qui distribue également les travaux originaux de grands noms des comics tels que Becky Cloonan, Sara Pichelli, Jeff Lemire, Emma Rios, David Messina, Jill Thompson, David Lloyd… à vrai dire la liste est tellement longue que je ne peux décemment pas énumérer tous ces talentueux artistes ici…
Peux-tu nous expliquer comment s’est déroulée cette opportunité de vendre et partager tes travaux au plus grand nombre, et pourquoi as-tu choisi ce prestataire plutôt qu’un autre ?

Vu que je suis nouveau dans ce business, j’avoue ne pas connaître grand monde côté galeries et ventes d’originaux ; j’ai donc essayé d’en vendre tout seul sur ma page FB et twitter, j’en ai vendu une paire…

Et là, Cadence Comic Art, que je ne connaissais pas encore, m’a simplement contacté et demandé si je serais intéressé de lui confier mes originaux ; il y a quelques bons amis chez Cadence (Sara, Becky, David, Rafael…) donc j’ai dit oui, très reconnaissant, et heureux de les rejoindre !

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions, il me tarde de découvrir tes prochains travaux 🙂

Merci à toi, j’ai hâte de m’attaquer à la suite, je dois avouer !

Spider Gwen Bengal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :