Salon BD de St Gaudens : une spéciale comics qui fait du bien


C’est ce week end qu’a donc eu lieu le 11ème Salon de la BD de St Gaudens, une manifestation qui s’est déroulée sur plusieurs sites de la ville, dont le Cinéma Le Régent où se tenait la projection du film V pour Vendetta le vendredi soir suivie d’un débat avec David Lloyd, (mais ça j’en reparlerai dans un autre billet car les enfants j’ai tout filmé et je vais me faire une joie de vous faire partager ça ! Enfin quand j’aurai fini de me battre avec ce p***** de logiciel de montage), et son centre névralgique en plein centre ville à la Halle aux grains, un bâtiment qui date du XIXème siècle où étaient rassemblés bon nombres d’auteurs et exposants.

Arrivée une heure à l’avance, j’ai pu tout de suite constater que ce festival allait correspondre aux attentes qui me tiennent tant à cœur et dont j’ai pu parler à maintes reprises ici : la simplicité, la convivialité et la bonne humeur des organisateurs, intervenants et festivaliers (oui je sais, ça fait beaucoup quand on y pense). Gourvy s’affairait à organiser son stand, il faisait en effet partie des trois libraires présents sur la manifestation. La table de Stéphanie Hans et Géral Parel se trouvait juste à côté de la sienne, je décidais donc de faire un petit tour et entamer mon repérage pour savoir où se trouvaient les emplacements de David Lloyd, Thierry Mornet et Christophe Henin.
J’eu le plaisir de tomber sur le stand de Grafik et Grafok un atelier de confection de vêtements que j’aime beaucoup, habitué du TGS et que j’ai déjà évoqué sur ce blog.
A 10 h pétantes les portes du festival s’ouvraient pour faire rentrer un groupe de visiteurs qui s’était constitué depuis un petit moment. L’occasion pour moi de saluer de vieilles connaissances et d’en rencontrer de nouvelles, notamment en faisant la queue pour David Lloyd j’ai eu la surprise de voir que le TLGB était suivi par plus de gens que je ne me l’imaginais.

Tout en jouant les paparazzi, j’attendais patiemment mon tour, puis arriva ce moment où je me retrouvais devant ce grand Monsieur du 9ème art qui m’avait fait une si forte impression la veille.
Alors voilà, je ne suis pas allée par quatre chemins, je lui ai raconté à quel point V pour Vendetta et AARGH ! étaient des œuvres très importantes pour moi et à quel point aussi je tenais à le remercier pour son engagement auprès de la cause LGBT.
Au fil de notre discussion nous avons parlé de Karen Berger, c’est elle bien sûr qui fut approchée par Alan Moore pour la publication de V chez Vertigo, nous avons aussi parlé de Trina Robbins et de son rôle indéniable et prépondérant concernant la représentation des femmes dans la bande dessinée américaine, puis du fait qu’il ne veuille plus aller à Angoulême car il déteste les gros festivals. Il a également mis l’accent sur son travail d’éditeur sur Aces Weekly, sa revue exclusivement numérique qui regroupe de nombreux artistes dont quelques uns étaient présents sur le salon. Pour lui internet et le numérique sont l’avenir de la bande dessinée, où les artistes peuvent s’exprimer librement et être rémunérés en conséquence, sans subir les pertes financières relatives au circuit de l’édition.

Je me suis ensuite fait plaisir en demandant à Gérald Parel de me faire une Spider-Woman et le résultat est des plus réussis ! Et je regrette de ne pas être allée voir Stéphane Perger car le Sandman qu’il a fait à Gourvy m’a provoqué une explosion de la rétine.

Enfin si j’osais émettre une petite critique vis à vis de l’organisation, bon nombres d’entre nous se sont demandés pourquoi le salon fermait ses portes entre 12h et 14h, c’est la première fois que je voyais un tel procédé, l’un des organisateurs avait d’ailleurs bien du mal à faire sortir les visiteurs  en répétant toutes les 5 minutes « Bon, si vous voulez bien vous diriger vers la sortie… » et bien évidemment personne ne bougeait (moi la première hein…), il aura fallu pratiquement 45 min pour évacuer un site de quelques mètres carrés, alors que rester ouvert, même si les auteurs partaient manger au restaurant n’aurait pas visiblement posé de problème.
Cela reste un détail, mais comme je suis une fille j’aime bien de temps en temps chipoter ! En tout cas cela ne change en rien la qualité exceptionnelle de ce salon qui je le redis nous a offert un grand moment de convivialité, j’y retournerai avec grand plaisir.

8 Commentaires

Classé dans Mood of the day

8 réponses à “Salon BD de St Gaudens : une spéciale comics qui fait du bien

  1. Super salon très intime et convivial qui misait sur le partage et la bonne ambiance. De belles rencontres et de chouettes souvenirs !

    Et comme d’hab’ : merde pour tes dessins toujours aussi beaux ! :p

    • Pas de panique ! Je ne suis revenue qu’avec V ainsi que cette splendide Spider Woman 🙂 les autres dessins m’ont gentiment été partagés par les festivaliers

  2. moonworld82

    ça m’agace un peu beaucoup ces auteurs qui, comme Todd Mc Farlane par exemple, ne jurent que par le numérique et prédisent la disparition de la BD papier ces prochaines années.

    Certes, internet permet aux jeunes auteurs et dessinateurs de se faire connaître mais vendre de la BD uniquement de façon numérique détruirait tout le secteur de l’édition et donc des millions d’emplois partout dans le monde.
    En outre, je ne suis pas du tout convaincue par la viabilité économique de la BD dématérialisée quand on voit à quel point il est difficile de faire lâcher quelques euros aux internautes qui préfèrent trop souvent se rabattre sur les scans illégaux.
    Et je ne parle même pas des problèmes de droits avec Amazon qui juge bon de faire disparaître de son catalogue certaines œuvres sans prévenir…Payer pour des BDs dont nous ne sommes finalement pas les propriétaires, quelle blague! (même problème pour la musique…)
    Et puis bon, on ne remplacera jamais le plaisir de la lecture sur support papier, de tourner les pages, de posséder une belle édition…

  3. Grisshka

    J’y suis allé le Dimanche…car je travaillais le samedi. j’ai beaucoup aimé les discussions avec David LLoyd, sur Margaret Thatcher et imaginions si son règne continuait présentement Londres serait elle comme dans V for Vendetta ? ou deviendrai plus tard un Mega City de Judge Dredd. ? La seule mauvaise surprise et déception c’est que toute l’équipe, Mornet- Parel et Hans partent à 14h30 (Avion oblige). Soit une demi heure après l’ouverture du Salon l’après midi et que j’arrive avec mes albums fraichement achetés pour arriver juste au remballage des crayons…grrr!

  4. @moonworld82 je comprends tout à fait le point de vue de Mr Lloyd, le numérique est un moyen fabuleux de s’exprimer sans passer par tout un tas d’intermédiaires, en tant qu’artiste (que je ne suis pas) ce doit être sûrement une rétribution beaucoup plus juste et digne du droit d’auteur.
    En tant que consommatrice (que je suis), je ne peux définitivement pas me passer du support, quel qu’il soit, du livre, de la BD, où même de la bonne vieille pellicule 35 mm avec laquelle j’ai travaillé pendant quelques années… dans une autre vie. Le papier (ou la péloche) même si il est périssable, reste quelque chose d’organique, de vivant, c’est un objet tangible que l’on manipule et c’est un moyen de communication et de partage. C’est pour cela qu’en tant qu’ancienne projectionniste je crache sur le numérique. L’image a beau être parfaite, le travail de l’homme (ou en occurrence de la femme) qui le diffuse, résultant de nombreuses minutes de montages et de mises au point focal et sonore est balayé par le bouton play d’un lecteur vidéo… Moi cette évolution me désole et à la fois je la comprends.

    @Grisshka Ah zut ! Je suis dégoûtée pour toi ! Mais dis-toi qu’ils sont surement amenés à revenir dans la région, je te tiendrai au courant 😉
    C’est marrant ce que tu racontes à propos de Thatcher parce que justement après la séance de cinéma du vendredi, Lloyd a bien fait le rapprochement entre ce qu’il se passe dans V et ce qui arrive également chez nous en France actuellement (pour moi c’était une évidence mais bon parfois j’ai l’impression d’être parano quand j’en parle à mon entourage qui ne capte absolument rien).

    • Grisshka

      Oui c’est gentil merci! C’est vrai que sur le coup, j’étais dégouté. Idem je devais faire une dédicace à un ami de David LLoyd en voulant acheter l’album de V pour Vendetta au festival….plus un seul volume de V pour Vendetta à la vente…re grrr lol surtout qu’il ne voulait pas le commander sur de gros sites de vente mais faire marcher tout comme moi les « petits libraires ».

    • moonworld82

      J’ajouterai que je n’aime pas non plus le support numérique pour la photo car l’idée de devoir garder constamment des sauvegardes de ses clichés pour pouvoir les réimprimer m’exaspère.
      Certain(e)s les mettent sur CD, d’autres sur disque dur mais on sait tous que la durée de vie de ces appareils est aléatoire (pour le CD), voire réduite (pour les DD et autres clés USB).
      C’était tellement plus simple quand on avait les négatifs je trouve, même si les développements photos argentique coûtaient plus cher.

      Et puis nous n’avions pas le même rapport à la photo. Du fait du coûts des pellicules et du développement, prendre un cliché était un acte pensé et réfléchi. Maintenant, les gens prennent une photo comme ils vont pisser…
      Bref, je trouve que la photo a vraiment perdu de sa superbe.

  5. Grisshka

    En ce qui concerne Thatcher, j’ai passé un mois chaque été en 1980 et 1981 dans une famille anglaise. J’étais loin d’imaginer la politique du pays, des affrontements avec l’Irlande du Nord, j’avais 14 ans et pour moi quand on disait Irlandais c’était Thin Lizzy et son emblèmatique leader Phil Lynott et non pas Bobby Sand quelle laissa mourir en prison. J’ai également parlé avec lui de la profusion de skin heads en 1981 à Londres. D’ailleurs avec deux amis nous avons été attaqués par une bande de skins car nous étions français et que je ne comprenais pas pourquoi une femme si dure, laissait des animaux pareils dans les rues et il m’a répondu qu’avec le peuple elle était ultra libérale et s’en foutait complet des skins. Notre conversation à été super intéressante et m’a donné quelques réponses à mes questions d’ados dont je n’avais pas trouvé la réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s