Satanic Hell #1 : la review

Et bien les enfants, c’est bien la première fois qu’il m’est donné l’opportunité de faire une review en avant première, je vais donc essayer de faire honneur aux auteurs de ce premier numéro de Satanic Hell, le web comic de Kevin Enhart et Grigoris Douros, tout en restant objective et sensiblement juste. Mais déjà, sachez que si je n’avais pas aimé ce premier exemplaire je n’aurais pas perdu mon temps à trouver un quelconque détail pour vous convaincre de lire cette petite merveille.
Ceci étant dit, intéressons nous au vif du sujet. Satanic Hell #1 démarre comme un bon vieux film d’horreur dans la grande tradition du survival movie, sauf qu’ici les rôles sont inversés : Death Priest, Dante et Exodus, trois membres d’un groupe de Metal arrivent au Texas (qui est dans l’histoire un état fanatisé et ultra religieux) au volant d’un corbillard en vue de participer à une tournée. Mais c’est à peine la frontière de cet état franchie que les ennuis vont commencer pour eux. Le passage obligé dans la station service déserte et pas très accueillante aurait dû leur mettre la puce à l’oreille, mais il est déjà trop tard. Quelques kilomètres plus loin, nos trois « délinquants » se font arrêter par un flic aux méthodes expéditives, mais ce n’est rien face à ce qui les attend derrière les barreaux. Les connaisseurs ne pourront pas s’empêcher de penser aux ambiances malsaines et redneck de films comme Massacre à la tronçonneuse, La colline à des yeux ou encore Délivrance, juste pour cette atmosphère bien écrasante et bien moite parfaitement soulignée par les couleurs utilisées par Jimy Kerast. Mais ici, pas de monstre hideux ou de tueur psychopathe, le danger vient de personnes totalement endoctrinées et se croyant dans leur bon droit.


Le contre pied utilisé par le scénariste Grigoris Douros tout au long de ce premier numéro laisse présager le meilleur pour la suite tant les clichés souvent utilisés pour aborder ce genre de musique et son milieux « obscur » volent ici en éclat.
Heureusement pour nos trois amis, le commanditaire de la tournée viendra les sortir de cette douloureuse expérience, et nous découvrirons pourquoi celui-ci tenait à les faire venir dans un territoire si hostile. Parallèlement, le récit suit également les péripéties de Meli une jeune étudiante confrontée aux joies de l’endoctrinement et de la censure…

En quelques pages numériques, Satanic Hell nous invite donc à découvrir un univers vraiment inquiétant où la dictature de la pensée unique et l’intolérance ont trouvé ici leur racine dans l’extrémisme religieux. Ce qui prouve bien que la quête d’un paradis pour certains peut s’avérer vite être un enfer pour les autres. On sent bien que ce cher Kevin Enhart est totalement dans son élément sur ce titre, surtout pour ce qui est de dépeindre les ambiances les plus oppressantes et angoissantes du récit. Mais ne croyez pas que Satanic Hell soit un comics horrifique, il est bel et bien une satire réaliste d’un des penchants de notre société.

Satanic Hell sort le 15 juin, il sera disponible sur Android, Apple, Kindle, Nook… bref, achetez-le.

2 commentaires sur “Satanic Hell #1 : la review

Ajouter un commentaire

  1. ça à l’air vachetement bien tout ça ! En espérant que le succès soit au rendez-vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :