Batwoman #4

Honnêtement, je dois vous avouer qu’il est un peu difficile pour moi de pouvoir chroniquer ce quatrième numéro de Batwoman, car je vis actuellement des moments pas très gais. Et pourtant j’avais attendu ce nouvel épisode avec tellement d’impatience et d’enthousiasme (comme tous les autres, me direz-vous), mais des évènements personnels ont bien réussi à altérer  ce petit moment de bonheur jouissif , mon moment à moi ou je retrouve mon héroïne, celle qui me rend fière de lire des comics, fière d’être lesbienne, fière d’être moi.
Je brûlais en effet de connaitre ce fameux « morning after », comment JH Williams III allait-il réussir à négocier la relation Kate/Maggie à ce stade de l’histoire, allait-il suggérer les moments intimes de cette première fois avec la justesse et la finesse que nous lui connaissons, ou allait il une fois de plus mettre son immense talent au service d’une des plus belles scènes d’amour jamais dessinée dans l’histoire du comic-book ? Dit comme ça, je pense que vous avez déjà deviné la réponse.

A vrai dire, pouvait-il en être autrement ? Pouvions-nous faire demi-tour ? Williams III ose ce que personne n’avait osé dans un comic mainstream auparavant, une scène d’amour entre deux femmes, sans voyeurisme ni facilités hétéronormées, et cela dans une succession de splash pages (Haters gonna hate)  où s’accole le sort tragique de la flamboyante Flamebird. C’est juste phénoménal.

Car ne vous méprenez pas, ce nouveau numéro est bel et bien tragique et rempli d’incertitudes, pleinement dans la continuité du précédent, tant et si bien que l’étau se resserre à vitesse grand V pour Batwoman, et à tel point que moi même je ne peux en prédire la suite. Ici encore, de nombreux indices sur l’intrigue-l’enquête- nous sont donnés avec parcimonie, ce qui nous aide à y voir un peu plus clair, tout en nous laissant sur notre faim, forcément.
Et en même temps, on ne peut pas aborder ce Batwoman #4 sans évoquer le personnage de Cameron Chase qui est ici extraordinaire, machiavélique, parfaite, je ne peux m’empêcher désormais de vouloir me commander la série crée par Williams III dont elle porte le nom.

Comme à leur habitude désormais, JH Williams III et W. Haden Blackman nous offrent le grand frisson, une immersion totale dans un univers à part, une aventure sans nulle autre pareille, un choc visuel à chaque page qui épouse avec justesse une vision touchante et vibrante d’un auteur pour son héroïne, c’est une déclaration d’amour, une expérience qui fera date dans l’histoire de la BD US, je suis sûre que dans quelques années on parlera d’un avant et d’un après Batwoman.

6 commentaires sur “Batwoman #4

Ajouter un commentaire

  1. ahhh! Great ^^ pour ma part j’attendrais sagement de le lire eu pied du sapin un certain soir de décembre mais juste c’est deux image là woaw 😉
    et je trouve que le dessin et la construction des planche de JH Williams III qui sont déja superbe s’améliore au fil des numéros.

  2. Désolée d’apprendre que tu traverses des moments difficiles, j’espère en tout cas que cela s’arrangera.
    J’ai acheté (et lu dans la foulée) ce Batwoman 4 et sincèrement mon commentaire juste après était juste « Wow ». On est encore une fois face à un excellent volume et la mise en scène en N&B de la scène d’amour entre Kate et Maggie avec en parallèle le sort tragique de Flamebird est juste phénoménal. Bref, je n’ai qu’une chose à dire… vivement le tome 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :