Bon anniversaire soeurettes !

Les «religieuses» dévouées à la lutte contre le sida et l’homophobie célébraient ce week-end le 20e anniversaire de leur présence à Paris. Pour l’occasion, une procession très colorée avait lieu entre la Sorbonne et l’Hôtel de Ville.

Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence soufflent cette année les 20 bougies d’anniversaire de leur couvent parisien. Pour l’occasion, ces religieuses hautes en couleur organisaient samedi une procession festive dans Paris: départ en face de la Sorbonne, où elles s’étaient installées en 1989, un an avant la naissance officielle du couvent. Puis passage devant le musée de Cluny, direction le parvis de Notre-Dame.

Les nonnes n’iront pas jusqu’à la cathédrale, l’archevêché ayant fait savoir qu’elles n’étaient pas les bienvenues sur le parvis Jean-Paul II. C’est donc sous bonne escorte qu’elles ont descendu le boulevard Saint-Michel, jusqu’aux quais de Seine, s’arrêtant ici pour bénir un distributeur de préservatifs, là pour admirer des escarpins à talons aiguilles en vitrine. Du pain béni pour les touristes, nombreux dans ce secteur, qui mitraillent les religieuses à faux cils ou à barbe.

1 500 membres
Pourtant, au-delà de leur excentricité et de leurs happenings festifs, les Soeurs mènent un vrai combat contre le sida et pour l’accompagnement des malades. Une démarche née il y a trente ans, quand quelques copains californiens se mettent au défi de revêtir un habit de nonne et de débarquer dans le quartier gay de San Francisco. Sur place, ils s’aperçoivent que leur apparence attire les passants, et suscite leurs confidences.

Un besoin d’écoute que les plaisantins ne soupçonnaient pas, et qui les conduira à créer officiellement les Sisters of Perpetual Indulgence. Mais très vite, l’épidémie de sida explose, et les Soeurs se consacrent tout naturellement à la lutte contre le virus et l’homophobie. Provocantes, mais en même temps très impliquées, les soeurs ont deux mantras: «l’expiation de la culpabilité stigmatisante» et «la promotion de la joie multiverselle».

Dix ans plus tard, en 1990, le premier couvent français s’installe offciellement à Paris (il y en a deux actuellement). «Les soeurs se donnent pour mission de faire rire, même des choses les plus sérieuses» indiquent les statuts de l’organisation. Aujourd’hui, les soeurs rassemblent autour d’elles 1 500 bénévoles dans le monde. A quand la reconnaissance officielle par le Vatican?

(Photos Mathias Casado Castro/TÊTU)

Source : Têtu

Par Mathias Casado Castro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :