Des comics et des filles

Girl Power. Et les filles dans les comics ça donne quoi ? Je veux dire, vous en connaissez beaucoup vous des artistes femmes (scénaristes ou dessinatrices) qui oeuvrent dans l’industrie du comic-book ? Où comme moi vous arrivez à peine à les compter sur les doigts de la main ?
Alors sans tricher (c’est à dire sans regarder sur le net), j’ai pensé tout de suite à Pia Guerra (Y The Last Man), Gail Simone (Birds Of Prey), Paige Braddock (Jane’s world), Roberta Gregory (Bichy Bitch), et Christina Z (Witchblade), en creusant un peu plus, j’ai réussi à trouver Amy Reeder Hadley (Fool’s God, Madame Xanadu, Batwoman, Supergirl), Alina Urusov (NYX, X-23, Witchblade), Kelly Sue DeConnick (Sif) et Emma Rios.

Illustration de Stéphanie Hans

En creusant encore une peu plus, je me suis rendue compte que mon idée première était totalement fausse. En fait, il y a plein de filles qui travaillent dans les comics, mais principalement chez les éditeurs indépendants (Fantagraphics en tête). Chez les filles, il n’est donc pas question de parler de super stars du comic-book, rares sont celles en tout cas qui ont atteint  une notoriété mondiale à l’égal des auteurs masculins. Est-ce un choix, un parcours personnel de carrière voulu loin des sirènes du show business (car les comics, c’est aussi une industrie) ou une réelle difficulté de faire son trou dans ce milieu d’hommes ?

La première véritable artiste notoire se nomme Ruth Atkinson a qui l’on doit les personnages Millie the Model (1945) et Patsy Walker (1944) la future Hellcat.
Will Eisner,
artiste de renom (The Spirit) et co-fondateur de l’éditeur Fiction House, permet à de nombreuses femmes de travailler en tant que scénaristes, dessinatrices ou coloristes, entre les années 1920-1950. Les héroïnes de Fiction House se trouvent d’ailleurs être des personnages à la fois denses et riches, totalement à l’opposé des godiches et autres fantasmes masculins que l’on trouve déjà à l’époque.

Dans les années 60, c’est Ramona Fradon qui tire son épingle du jeu sur Aquaman et Brenda Starr, elle co-crée le personnage de Metamorpho.
Par la suite on peut encore citer des artites telles que  Ann Nocenti ( Typhoid Mary et Longshot), Louise Simonson (Power Pack), June Brigman (Power Pack), et Devin Grayson (Batman).

On voit donc que les femmes ont toujours été présentes et actives dans ce média, pourtant malgré une notoriété toute relative, certaines d’entre elles n’arrivent même pas à vivre de leur oeuvre et doivent avoir un « vrai travail » en paralelle (c’est le cas de Paige Braddock par exemple).

Sans parler de féminisme à deux balles, je souhaiterai qu’il y ai plus d’artistes femmes dans les comics, car elles apportent une sensibilité et un angle de vue très intéressants sur les personnages qu’elles développent (au scénario et au dessin), sans être en marge d’un univers souvent très codifié et ciblé essentiellement pour le lectorat masculin.

En gros, que serait Y The Last Man sans la finesse et la sobriété bouleversante du dessin de Pia Guerra, ou Birds Of Prey sans la sensibilité scénaristique de Gail Simone ? Je trouve d’ailleurs que les duo mixtes scénario/dessin fonctionnent toujours à merveille comme si chacun apportait sa touche personnelle tout en étant à l’écoute du talent de l’autre.

En tout cas, aux dernières nouvelles, les femmes font de plus en plus de belles percées dans le métier, et sur des gros titres en plus, il faut que ça dure ! Girl Power.

14 commentaires sur “Des comics et des filles

Ajouter un commentaire

  1. J’ai pensé à beaucoup de noms de ta liste, à commencer par Gail Simone (mon auteur préféré) et Devin Grayson.

    Je peux ajouter Amanda Conner, dessinatrice, entre autre des douze premier Power Girl.

    Et puis, il y a Jan Duursema connu essentiellement pour ses œuvres sur Star Wars mais que je connais depuis maintenant 25 ans car elle était la dessinatrice d’Arion chez DC (et de AD&D, chez DC aussi).

    Cependant, je suis d’accord avec toi, elles sont pas assez nombreuses.

    D’ailleurs, as-tu lu la mini série Marvel Women ?

    1. Et bé en fait je me rends compte que j’ai oublié plein de monde !!! Tant mieux ! ça veut dire qu’il y a plus de filles que je le pensais !
      Non, je n’ai pas lu Marvel Women, tu en penses quoi ? Tu me le conseilles ?
      Ah et je viens de lire qu’Amanda Conner est la femme de Jimmy Palmiotti ! Bout du ! Avec vous tous j’apprends plein de trucs, c’est génial !

      1. Alors, le nom de la série s’appelle : GIRL COMICS, et non marvel Women, je savais bien que ce n’était pas le bon titre.

        Moi, j’ai adoré ces petites histoires… mais je suis aussi fan de Tiny Titans. 🙂

        Et oui, Amanda Conner est la femme de Jimmy Palmiotti et ils travaillent en couple, je ne sais vraiment pas comment ils font.

        En parlant d’un autre couple dans les comics, il y a Rachel Dodson, encreur et travaillant avec son époux, Terry.

        Aporès, on pourrait parler des rédacteurs (editor en anglais) et là, le nombre de femmes explosent dans cette profession.

  2. A noter également en femme connus du milieu des comics deux qui reviennent Trina Robbins & Cynthia Martins qui lancent ensemble Honey West chez Moonstone.

    A noter sur Devin Grayson c’est que c’est la première femme de l’histoire à avoir une série continue sur Batman & que c’est aussi une des très rare femmes ouvertement bisexuelle de ce milieu.

  3. hello

    ça serait tout de même fair-play de me créditer si tu utilises l’une de mes images, non?

    sinon, juste en passant, on peut aussi penser à Jo chen qui est vraiment très douée.

    1. Je suis entièrement d’accord avec toi, et je tiens à m’excuser, j’ai trouvé ton illustration en passant par google mais en recharchant l’artiste Emma Rios, il y a eu donc méprise (très stupide) de ma part. Je trouve tes illustrations magnifiques, soit dit en passant. Tu fais justement partie de ces artistes très talentueuses dont je parlais dans mon article, et voilà que je ne te crédite même pas. Je répare mon erreur de ce pas, et je rajoute même un lien pour montrer à quel point je respecte ton travail, vraiment.
      (Je crois que je mérite une bonne séance d’auto-flagellation)

      1. Et en même temps je ne signe jamais mes travaux, du coup c’est aussi un peu ma faute dira-t-on ^^

        Merci en tout cas, et… pour cette fois, tu es dispensée de flagellation 🙂

        bravo pour ton site. Je suis de parti pris, mais je le trouve très bien. Un petit onglet/formulaire de contact ne serait pas de trop toutefois 😉

      2. Bon, tout va bien alors, je suis contente !
        Merci pour ton conseil, je vais voir ce que je peux faire concernant le formulaire de contact, c’est vrai que ça ne m’était pas venue à l’idée….

  4. Rien à voir avec l’article, je suis tombé il y a à peu près 2h sur ta page, que je viens de lire dans son intégralité.

    J’adore.

    Tu viens de gagner un nouveau lecteur.

    1. Oh joie !!! Legend of the Seeker c’est de la bombe atomique ! Même si elle n’a (scandaleusement) que deux saisons, il faut absolument la regarder, surtout pour la seconde saison… bon il faut aimer la fantasy, les slow motions à outrance (bon ok, ça soit ça passe, soit ça casse), les bonnes grosses bastons à l’épée, et….. les jolies filles ! (et aussi être un peu fleur bleue…)
      Convaincu ??? En tout cas je continuerai de parler de cette série, parce j’ai pas fini d’en faire le tour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :